diamants
#Afrique #Croissance #Diamants #Exportation #PIB #Botswana
Agence Ecofin
31 juillet 2022 Dernière mise à jour le Dimanche 31 Juillet 2022 à 07:30

Les exportations de diamants seront le principal moteur de la croissance économique du Botswana. Leur production devrait en effet augmenter de 14% cette année. Cependant, la hausse des importations restera modérée dans un contexte de ralentissement de la demande intérieure.

La croissance du PIB réel du Botswana devrait s’établir à 4,6% en 2022 et à 4,2% en 2023, a estimé Fitch Solutions Country Risk & Industry Research dans un rapport intitulé « Les exportations de diamants soutiendront l’économie du Botswana en 2022 » (Diamond Exports To Support Botswana’s Economy Over 2022) et publié le lundi 18 juillet.

« La croissance du PIB réel du Botswana devrait ralentir à 4,6 % en 2022 contre 11,4 % en 2021, car l’inflation élevée réduit le pouvoir d’achat des consommateurs et le resserrement des conditions monétaires limite la croissance des investissements », souligne le document. 

Les exportations de diamants, dont la production devrait augmenter de 14% en 2022, seront le principal moteur de la croissance économique en 2022, alors que la hausse des importations restera modérée dans un contexte de ralentissement de la demande intérieure.

La consommation des ménages devrait en effet enregistrer une croissance de 1,8% sur l’ensemble de l’année en cours contre 8% en 2021, en raison des « fortes pressions inflationnistes » dues à la hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires qui vont éroder le pouvoir d’achat des consommateurs.

Fitch Solutions estime également que le resserrement de la politique monétaire est susceptible de freiner la croissance des investissements. La formation brute de capital fixe ne devrait augmenter que de 3,4 % durant l’année, un taux largement inférieur à la moyenne annuelle de 6,2 % enregistrée durant la décennie qui a précédé l’apparition de la covid-19.  

Pour 2023, la croissance du PIB réel du Botswana devrait ralentir à 4,2 %, en raison de l’affaiblissement des perspectives de la production de diamants.

La baisse attendue de l’inflation contribuerait cependant à donner un coup de pouce à la consommation des ménages. La signature d’un nouveau contrat d’approvisionnement entre le gouvernement et le conglomérat diamantaire sud-africain De Beers, prévue pour l’année prochaine, devrait par ailleurs stimuler les investissements dans le secteur minier du pays.  

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.