Capture décran 2022 07 20 à 23.14.10
#Afrique #Developpement #Electricite #Energie #EnergiesRenouvelables #Solaire #AfriqueDuSud
Agence Ecofin
27 juillet 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 27 Juillet 2022 à 07:30

L’Afrique du Sud traverse une situation énergétique instable, à cause notamment des délestages électriques répétitifs. Pour contrer la crise, l’Etat mise sur les énergies renouvelables et l’accélération de leur développement.

Le fournisseur de solutions d’énergies renouvelables, Scatec, a annoncé, le 19 juillet, le début de la construction des trois projets solaires de Kenhardt, dans la province du Northern Cape, en Afrique du Sud. La mise en place du projet devrait nécessiter un investissement total de 962 millions de dollars. 

A la fin des constructions et une fois opérationnelles, les centrales totaliseront une capacité solaire de 540 MW et une capacité de stockage par batterie de 225 MW/1 140 MWh. Elles fourniront en outre 150 MW d’électricité, qui sera redistribuée dans le cadre d’un contrat d’achat d’électricité de 20 ans avec la région de Kenhardt.

Scatec s’est vu attribuer en juin 2021, le statut de soumissionnaire privilégié pour les trois projets par le ministère sud-africain des Ressources minérales et de l’Énergie.

« L’atteinte de la clôture commerciale et financière des projets de Kenhardt témoigne d’un véritable engagement de la part de l’équipe de Scatec et de ses partenaires. Ce projet est une première en son genre et sera l’une des plus grandes installations solaires et de batteries au monde », a déclaré Terje Pilskog, PDG de Scatec.

Ces projets entreront en phase de construction dans une Afrique du Sud qui a récemment connu de multiples délestages électriques, entraînant la disponibilité énergétique vers ses niveaux les plus bas depuis 2019. Une situation due au vieillissement des infrastructures, particulièrement les centrales électriques fonctionnant au charbon.

La construction de ces projets solaires de 540 MW arrive à pic, étant donné que le pays, en plus de chercher la sécurité énergétique, veut dépendre de moins en moins du charbon qui représente 81,4% de son mix énergétique.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.