#Congo #Enfants #Etudes #OMS #Population #RDC #Sante #SierraLeone #Togo #Vaccination #Videos #Afrique
Agence Ecofin
19 août 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 19 Août 2022 à 07:30

Amélioration de l’espérance de vie en bonne santé, un nouvel élan pour lutter contre le VIH chez les enfants, des cas de peste bubonique en RDC…Voici un point sur la situation sanitaire de l’Afrique.

L’espérance de vie progresse rapidement en Afrique

En Afrique, l’espérance de vie en bonne santé (le nombre d’années pendant lesquelles un individu jouit d’un bon état de santé) a augmenté dans la Région africaine d’une moyenne de dix ans entre 2000 et 2019. C’est ce que révèle le rapport « Suivi de la Couverture sanitaire universelle dans la Région africaine de l’OMS, 2022 », rendu public récemment.

Sur la période considérée, le chiffre est passé à 56 ans en 2019, contre 46 ans en 2000, marquant la plus importante hausse, comparée aux autres régions du monde (l’espérance de vie en bonne santé sur le plan mondial n’a augmenté que de cinq ans au cours de la même période). Ceci étant, il reste encore inférieur à la moyenne mondiale, qui est de 64 ans. 

Ce progrès est dû notamment, à l’amélioration de la prestation des services de santé essentiels, les progrès en matière de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile, ainsi que les avancées dans la lutte contre les maladies infectieuses. Dans l’ensemble, la couverture des services de santé essentiels s’est améliorée pour atteindre 46 % en 2019, contre 24 % en 2000. 

Une nouvelle alliance mondiale pour lutter contre le VIH chez les enfants

À l’échelle mondiale, seulement 52 % des enfants vivant avec le VIH bénéficient du traitement salvateur disponible, contre 76 % pour les adultes. Aussi l’ONUSIDA, l’UNICEF et l’OMS lancent une nouvelle Alliance mondiale pour lutter contre le VIH SIDA chez les enfants, en vue d’éradiquer le virus dans cette couche démographique d’ici 2030. 

L’annonce a été faite par plusieurs personnalités de premier ordre cette semaine, à la faveur de la Conférence internationale sur le sida, qui se tient à Montréal au Canada. Dans un communiqué émis le 2 août 2022, l’OMS indique les participations de cette nouvelle alliance : des institutions des Nations Unies, des acteurs de la société civile, notamment le Global Network of People Living with HIV, les gouvernements nationaux des pays les plus touchés, ainsi que des partenaires internationaux, comme le PEPFAR et le Fonds mondial. 

En tout 12 pays ont rejoint l’alliance au cours de la première phase : l’Afrique du Sud, l’Angola, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Mozambique, le Nigéria, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe. 

« Les grandes disparités de couverture du traitement qui existent entre les enfants et les adultes sont scandaleuses », a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l’ONUSIDA. « Cette alliance nous permettra de traduire notre indignation en une action concrète. En associant de nouveaux médicaments améliorés, un engagement politique renouvelé et l’activisme déterminé des communautés, nous pourrons être la génération qui mettra fin au sida chez les enfants. Cette victoire est possible, mais seulement dans l’unité. » 

Sur le continent africain, le lancement politique de l’Alliance devrait se faire au Nigéria, à l’occasion d’une réunion ministérielle qui se tiendra en octobre 2022. 

Congo Brazzaville : une vaste campagne de vaccination contre la fièvre jaune 

En Afrique centrale, la République du Congo (Congo Brazzaville), a lancé une vaste campagne de vaccination préventive de masse, pour vacciner plus de 93 % de sa population contre la fièvre jaune. La campagne, qui débute ce vendredi 05 août 2022, va cibler plus de 4 millions de personnes dans 11 des 12 départements du pays, comme l’indique l’Alliance globale pour le vaccin (Gavi). 

Pour cette opération, plus de 13 800 professionnels de santé seront mobilisés par le gouvernement congolais, dans une campagne de sept jours. La campagne est appuyée notamment par la Gavi, l’UNICEF, et l’OMS leurs partenaires. 

RDC : plus de 500 cas suspects de peste signalés en quatre mois dans l’Ituri

En RDC, 537 cas suspects de peste sont signalés dans la zone de santé de Rethy, située dans le territoire de Djugu, province de l’Ituri, sur la période de quatre mois allant du 27 mars 2022 au 31 juillet 2022. L’information provient d’une note de responsables du Centre de Surveillance et de Lutte contre la Peste (CSLP), reprise par l’association de surveillance épidémiologique ProMed. 

L’aire de santé la plus touchée est Lokpa avec 43,2% des cas. La forme bubonique (marqué par une hypertrophie du ganglion lymphatique, dit bubon) reste dominante, avec 533 cas (99,2%) et 4 cas pulmonaires, dont 3 n’ont été notifiés qu’en juillet 2022. La plupart des sujets auraient été contaminés durant le sommeil, selon les premiers indices. L’âge moyen des patients est de 17 ans. Les femmes sont les plus touchées, 54,6%  contre 45,4% pour les homme.

72eme session du comité régional Afrique de l’OMS, à Lomé

La 72eme session du comité régional Afrique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), se tient ce mois-ci, du 22 au 26 août prochain. La rencontre sera accueillie à Lomé, capitale du Togo. Selon l’agenda prévisionnel de l’OMS Afrique, ces assises, sous format hybride, seront structurées autour de 5 piliers. 

Elles aborderont des questions comme la Stratégie régionale pour lutter contre les maladies non transmissibles graves dans les établissements de santé de premier niveau, le Cadre pour le renforcement de la mise en œuvre du plan d’action global pour la santé mentale, la Protection contre les risques financiers en vue d’une couverture sanitaire universelle dans la Région africaine de l’OMS, un Cadre pour la lutte intégrée, l’élimination et l’éradication des maladies tropicales et à vecteur dans la Région africaine 2022-2030, ou encore le renforcement de l’agence onusienne, pour un soutien plus efficace et efficient apporté aux pays africains.

Intoxication alimentaire en Sierra Leone (83 cas, dont 1 décès)

En Sierra Leone, 83 personnes sont soupçonnées d’avoir été victimes d’une intoxication alimentaire, rapporte l’OMS dans son bulletin hebdomadaire consacré aux urgences de santé dans la région africaine. Ceci après avoir assisté à une fête de remise de diplômes le 26 juillet 2022. Une personne (une petite fille de 14 mois) a succombé à sa maladie, alors qu’environ 150 personnes ont assisté à l’événement, qui s’est déroulé dans la section Nyandeyama de la ville de Kenema (la troisième plus grande ville du pays, située dans la province orientale, à environ 300 km à l’est de Freetown.) 

Les femmes représentaient la majorité des cas (58), ainsi que les enfants de moins de 18 ans (57 cas). Au 28 juillet 2022, 32 patients étaient sortis de l’hôpital. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.