bananes
#Afrique #Banane #Croissance #Economie #Exportations #Fruits #Cameroun
Agence Ecofin
20 août 2022 Dernière mise à jour le Samedi 20 Août 2022 à 07:30

Une augmentation des exportations qui est de bon augure pour le 3ème trimestre 2022. La période correspond en effet à la grande saison des pluies, très propice à une hausse de production.

Au cours du mois de juillet 2022, les trois producteurs de bananes en activité au Cameroun ont exporté un total de 13 203 tonnes, selon l’Association bananière du Cameroun (Assobacam). En glissement annuel, cela correspond à une augmentation de 744 tonnes (+6%) par rapport aux 12 459 tonnes expédiées vers le marché international en juillet 2021.

La filière doit principalement cette hausse des exportations à la CDC, révèle Investir au Cameroun. En effet, cette unité agro-industrielle contrôlée à 100% par l’État a vu ses exportations passer de 1 012 tonnes en juillet 2021 à 1 607 tonnes en juillet 2022. Calculette en main, cela correspond à une augmentation de 595 tonnes sur un an, soit 58,7% en valeur relative.

La CDC, 2ème employeur camerounais après la fonction publique, a toujours du mal à se relever des ravages de la crise sociopolitique qui sévit depuis fin 2016 dans les deux régions anglophones du pays. Elle tient certainement sa performance des plantations réhabilitées au cours de l’année 2021.

Cependant, le regain d’activité observé à la CDC a été moins intense chez les deux autres producteurs. Dans le détail, la société des Plantations du haut Penja (PHP), leader du marché local, n’a exporté que 10 441 tonnes de bananes en juillet dernier, contre 10 352 tonnes au cours de la même période en 2021 (+89 tonnes).

Avec ce volume d’exportations, la filiale camerounaise de la Compagnie fruitière de Marseille fait légèrement mieux que Boh Plantations Plc, le numéro 3 du marché. Selon les chiffres publiés par l’Assobacam, ce producteur n’a expédié que 1 155 tonnes en juillet 2022, contre 1 095 tonnes un an plus tôt, ce qui révèle une augmentation de 60 tonnes.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.