Liberia
#Afrique #Economie #Financement #Fmi #Liberia
Agence Ecofin
6 septembre 2022 Dernière mise à jour le Mardi 6 Septembre 2022 à 07:00

Le Liberia a connu une période difficile, avant de relancer son économie en 2021 grâce à plusieurs mesures mises en place par les autorités avec le soutien du FMI. Engagé dans un programme visant à stabiliser son économie, le pays vient de bénéficier d’un nouveau financement de son partenaire.

Le Liberia va bénéficier de 22,1 millions de dollars du Fonds monétaire international (FMI) afin de renforcer sa stabilité macroéconomique. L’information a été rendue publique le mercredi 24 août, sur son site Internet de l’institution financière. 

Ce financement s’inscrit dans le cadre de l’accord de facilité élargie de crédit (FEC) conclu entre le pays et le FMI, le 11 décembre 2019. Il porte sur une durée de quatre ans, avec un accès global à 155 millions de droits de tirage spéciaux (DTS), soit environ 214,30 millions de dollars. Faisant suite à la quatrième revue de la FEC, il porte le total des décaissements au titre de l’accord à près de 110,7 millions de dollars.

Le Liberia a entamé les discussions avec le FMI à partir de juin 2019, lors des assemblées annuelles de l’institution. Le pays était alors confronté à des défis économiques majeurs et des politiques de réformes structurelles fermes et bien échelonnées étaient nécessaires pour retrouver la stabilité macroéconomique et promouvoir une croissance élevée, durable et inclusive, selon l’institution de Bretton Woods. 

« Ils [les administrateurs du FMI, Ndlr] ont souligné qu’un ajustement budgétaire important est nécessaire à l’avenir, notamment en mobilisant des recettes intérieures supplémentaires et en rationalisant les dépenses, en particulier dans la masse salariale, tout en garantissant l’espace budgétaire nécessaire pour les dépenses sociales et en capital. Ils ont également appelé à de nouveaux progrès dans les réformes de la gestion des finances publiques, afin d’améliorer la qualité des dépenses dans un environnement aux ressources limitées, et à des améliorations de l’environnement des affaires pour attirer des investissements de haute qualité et porteurs de croissance », explique le FMI.

En 2021, après la mise en place de plusieurs politiques macroéconomiques saines, le pays a enregistré un taux de 4,7% de croissance, mais le FMI prévoit un ralentissement cette année à 3,7%. Cette prévision est due à l’aggravation des incertitudes mondiales et des chocs sur les prix des produits de base, et aux risques liés à l’apparition potentielle de nouvelles variantes de la covid-19. « Le prochain cycle politique avec les élections présidentielles et parlementaires prévues en septembre 2023 est une autre source d’incertitude », ajoute la note d’information. 

Malgré cette estimation, le FMI croit toutefois, que « le Liberia a facilement le potentiel de croître d’au moins 5 % par an ». Pour ce faire, il préconise de « poursuivre les réformes structurelles budgétaires afin de rendre les services et entreprises publics plus efficaces et d’assurer un espace plus permanent pour des investissements publics adéquats tout en préservant la viabilité de la dette ». 

La réduction des exonérations fiscales permettra également de renforcer la mobilisation des recettes intérieures et plus d’efforts devront être mis en œuvre pour « remédier aux contraintes de capacité qui entravent la sélection, la préparation et l’exécution des projets d’investissement public ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.