libreville
#Actualite #Croissance #CroissanceEconomique #Economie #Gabon
Agence Ecofin
4 juin 2021 Dernière mise à jour le Vendredi 4 Juin 2021 à 10:25

Le pari ne sera pas aisé lorsqu’on sait que, après avoir enregistré des taux de croissance inférieur à 1% depuis 2017, le pays est entré en récession en 2020 (-1,8%). Une performance plombée à la fois par la baisse du produit intérieur brut (PIB) hors pétrole (-1,9%) et de la production pétrolière (-5,5%).

La croissance économique au Gabon devrait connaitre une embellie au cours des trois prochaines années, selon les prévisions du ministère de l’Économie et de la Relance.

« Pour les trois prochaines années, le taux de croissance de l’économie serait autour de 4%, restant en dessous de la croissance moyenne de la zone Cemac », a indiqué la ministre de l’Économie, Jeannine Nicole Roboty Mbou le 27 mai à Libreville.

Pour relancer sa croissance, le Gabon mise sur le dynamisme de l’activité hors pétrole. « Elle bénéficierait notamment de la bonne orientation de la production minière, des progrès dans la production agricole avec des résultats appréciables du programme Graine (Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés, NDLR) et des initiatives de soutien à la production rurale.

On enregistrera également des performances dans la production et dans la distribution des produits halieutiques avec une montée en puissance des activités du Nouveau port de pêche d’Owendo », explique Jeannine Nicole Roboty Mbou.

Autre facteur qui pourrait favoriser l’atteinte de ce taux de croissance, c’est la transformation du bois qui pourrait, selon le membre du gouvernement, renforcer sa position avec le maintien des activités de première et seconde transformation, et la montée en gamme des troisième et quatrième transformation.

Par ailleurs, un nouveau programme conclut avec le Fonds monétaire international « dans les prochaines semaines », ainsi que la mise en place de nouvelles réformes et le Plan d’accélération de la transformation devraient aider à booster l’économie du pays actuellement affaiblie par la crise sanitaire.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.