centrale solaire flottante 2
#Actualite #Carbonne #CentraleSolaire #Construction #Energie #EnergiesRenouvelables #TransitionEnergetique #Gabon
Agence Ecofin
14 février 2022 Dernière mise à jour le Lundi 14 Février 2022 à 09:43

A la suite du français Engie et du turc Desiba, l’émirati Amea Power veut accompagner le Gabon dans sa politique de transition énergétique. Avec le programme « zéro diesel » en cours, le pays matérialise déjà ses ambitions d’avoir un mix énergétique plus sobre en carbone.

La société Amea Power, spécialisée dans le développement de projets d’énergie thermique et renouvelable, a en projet de construire une centrale solaire d’une puissance de 50 Megawatts à Oyem dans la province du Woleu-Ntem, a-t-on appris dans une note du ministère de la Promotion des investissements du 2 février dernier.

Ce projet a été présenté le 1er février 2022 à la ministre de la Promotion des investissements Carmen Ndaot, par une délégation de la société AMEA Power, conduite par son président-directeur général, Hussain Al Nowais. Mais, pour l’instant, on n’a pas encore les détails sur ce projet solaire. Encore moins, les modalités de sa mise en œuvre.

Tout de même, apprend-on, cette centrale, une fois construite, permettra d’accroitre l’offre énergétique afin de satisfaire la demande des industries et des ménages, notamment dans les régions du Woleu-Ntem et de l’Ogooué-Ivindo.

La construction de la centrale d’Oyem est aussi une matérialisation de l’ambition des autorités gabonaises de diversifier les sources de production d’énergie en privilégiant le recours aux énergies renouvelables, souligne Le Nouveau Gabon. Ce qui permettra de réduire la consommation du diesel dans un contexte où le Gabon veut davantage utiliser le gaz et le solaire pour la production de l’énergie électrique.

C’est l’un des objectifs du programme « zéro diesel » en cours au Gabon. Il prévoit la construction de plusieurs centrales solaires dans le pays. Notamment, la centrale solaire hybride de Ndjolé, les centrales solaires de Booué, Ovan, Mékambo, Medouneu, Bitam, Minvoul et Makokou.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.