data center
#Afrique #Communication #Digital #Gouvernement #Information #Numerique #Technologie #Benin
Agence Ecofin
18 septembre 2022 Dernière mise à jour le Dimanche 18 Septembre 2022 à 07:00

Pour sa quatrième académie sur le continent, Smart Africa Alliance a choisi le Bénin. En partenariat avec le gouvernement béninois, le groupe de réflexion va contribuer à accroître les compétences numériques.

La Smart Africa Digital Academy (SADA), la branche de renforcement des capacités de Smart Africa, en partenariat avec le ministère béninois des Affaires numériques et de la Digitalisation, a lancé une académie nationale du numérique, a-t-on appris d’un communiqué publié par le ministère béninois.

L’académie béninoise vise à améliorer les qualifications en matière de compétences numériques, l’employabilité et à répondre aux besoins dans le secteur. Ainsi, elle propose des formations avancées en TIC, en Intelligence artificielle et cybersécurité aux formateurs et cadres béninois. 

Cette approche aidera le pays à constituer des compétences numériques pour accompagner son ambition de se transformer en plateforme de services numériques d’Afrique de l’Ouest

« La SADA est une réponse directe à la pénurie de compétences numériques à laquelle le Bénin et l’Afrique en général sont confrontés. En tant que l’un des pays les plus actifs de l’Alliance Smart Africa, nous sommes extrêmement heureux de mettre en œuvre SADA au Bénin et de faire progresser les compétences numériques de la nation, en étroite collaboration avec nos partenaires » a commenté Lacina Koné, le directeur général et PDG de Smart Africa.

Le Bénin est le quatrième pays du continent à bénéficier d’une académie de ce genre, après le Rwanda, le Ghana et la République du Congo. Le groupe panafricain prévoit d’en installer en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, en Tunisie, au Kenya, à Djibouti et en Sierra Leone.

Ce déploiement continental s’inscrit dans le contexte d’un déficit de compétences numériques dans un monde numérique en constante évolution. Un déficit souligné par le Forum économique mondial qui pense que 50% des travailleurs en Afrique auront besoin d’une requalification dans le domaine du numérique, d’ici 2025.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.