grippe aviaire
#Actualite #Economie #GrippeAviaire #Sante #Ghana
Agence Ecofin
20 juillet 2021 Dernière mise à jour le Mardi 20 Juillet 2021 à 14:54

Les régions du Grand Accra, du Centre et de la Volta, au Ghana, connaissent désormais la 5e épidémie de grippe aviaire du pays depuis 2007. Après avoir suspendu il y a peu les importations de volaille en provenance de 5 pays européens, le pays interdit désormais celles en provenance de ses voisins.

Le Ghana fait face à une nouvelle épidémie de grippe aviaire sur son territoire. L’annonce a été faite par le ministère ghanéen de l’agriculture, dans un communiqué publié ce vendredi 16 juillet 2021. Trois régions sur les 16 du pays connaissent déjà une flambée de cette épidémie selon le communiqué.

Il s’agit des régions du Grand Accra, du Centre et de la Volta. D’après Patrick Abakeh, directeur des services vétérinaires du ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture, près de 6000 animaux sont déjà morts naturellement tandis que 4500 ont été abattus dans le cadre de l’opération de surveillance et de gestion de la maladie.

Cette épidémie intervient quelques mois après la découverte de plusieurs cas de grippe aviaire dans d’autres pays ouest-africains. En juin dernier, un foyer de la maladie avait été découvert près de la ville de Lomé, la capitale togolaise, deux mois après que le Niger ait également déclaré la découverte d’un autre foyer du virus.

Il faut également souligner qu’elle apparaît dans un contexte d’inflation, qui a vu les prix des produits alimentaires de base de plusieurs pays ouest-africains s’envoler au cours des derniers mois. Au total, près de 600 000 animaux d’élevage sont menacés par l’apparition de cette maladie au Ghana.

Pour éviter une propagation de cette influenza contagieuse sur le territoire ghanéen, les autorités ont annoncé l’interdiction « totale des importations de volailles et de produits dérivés en provenance des pays voisins où la prévalence de la maladie a été confirmée ».

A ceci s’ajoute l’interdiction des mouvements de volaille et de produits dérivés entre et en provenance des régions ghanéennes déjà affectées, vers d’autres zones du pays. Pour l’instant, les autorités ghanéennes se veulent rassurantes quant à la maîtrise de l’épidémie qui pourrait avoir, non seulement des conséquences sanitaires, mais également un impact économique important en pleine pandémie de Covid-19 et en pleine hausse des prix des produits de première nécessité en Afrique de l’ouest.

« La direction des services vétérinaires prend toutes les mesures nécessaires pour contenir l’épidémie et éviter la propagation de la maladie à d’autres zones du pays » indique le communiqué du ministère de l’Agriculture. Rappelons que cette épidémie est la cinquième que connaît le Ghana après celles de 2007, 2015, 2016 et 2018.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.