chemin de fer
#Actualite #Entreprises #Gouvernement #Trains #Transport #TransportFerroviaire #Gabon
Denys Bédarride
17 janvier 2022 Dernière mise à jour le Lundi 17 Janvier 2022 à 10:11

En 2021, les activités de la Setrag n’ont pas connu le même niveau de performance qu’en 2020. En attendant la livraison des chantiers de réhabilitation en cours pour augmenter les trafics, le groupe peut compter sur le transport de minerais.

La Setrag (Société d’exploitation du Transgabonais), l’entreprise en charge de la gestion du réseau ferroviaire gabonais, a réalisé un chiffre d’affaires de 62,9 milliards FCFA (109 millions $) durant les 3 premiers trimestres de l’année 2021, d’après une note de conjoncture sectorielle de la direction générale de l’Economie et de la politique fiscale (DGEPF). Un chiffre en recul par rapport à 2020, où les statistiques indiquaient 66 milliards de recettes. 

La ventilation des activités sur la période fait observer une diminution des volumes de grumes, de bois débités conteneurisés, des produits chimiques et des autres marchandises.  Les indicateurs affichent des chiffres qui ont chuté respectivement de 9%, 6,6%, 46,6%, et 4,4%.

Les volumes d’activité ont été notamment soutenus par les trafics enregistrés par le bois débité en conventionnel, le manganèse et les produits pétroliers. Les performances indiquent des hausses évaluées respectivement à 12,8%, 7,9% et 19%. 

Le trafic passagers, qui fait partie des activités auxiliaires de l’entreprise, après le transport des minerais, a quant à lui connu une progression de 66,2%. Avec un total de 169 150 voyageurs transportés sur la période, contre 101 759 passagers en 2020. Cette progression des chiffres s’explique par l’accalmie qu’a connue la crise sanitaire mondiale en 2021, laquelle a donné lieu à l’assouplissement des restrictions de voyage entre la capitale et les régions intérieures du pays.

Il faut souligner que les déraillements répétés de train sur le réseau dissuadent certains voyageurs qui reportent la satisfaction de leur besoin en transport sur d’autres modes qui garantissent plus leur sécurité. Selon la DGEPF, cité par Le Nouveau Gabon, les déraillements de trains ont fait chuter de près de 31% le trafic passagers au premier trimestre 2021. 

Face à ce problème qui est devenu récurrent, la Setrag en partenariat avec le gouvernement gabonais et d’autres bailleurs ont lancé, depuis 2015, la réhabilitation du réseau construit depuis 1986 et qui relie sur 648 km Libreville  à Franceville. Les travaux, qui se déclinent en deux phases, sont prévus pour s’achever en 2024. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.