minerai fer
#Accord #Actualite #Chine #Echanges #Entreprises #ExploitationMiniere #Gouvernement #Mines #Gabon
Agence Ecofin
18 janvier 2022 Dernière mise à jour le Mardi 18 Janvier 2022 à 09:30

La Chine est le plus grand consommateur de minerai de fer au monde. Alors que l’empire du Milieu est déjà le premier client du Gabon en ce qui concerne le manganèse, les réserves de minerai de fer qui reposent dans le sous-sol du pays attirent encore l’attention de grands groupes chinois.

La junior minière australienne Genmin Limited, active sur le fer au Gabon, a annoncé le 12 janvier la conclusion d’un protocole d’accord non contraignant avec Jianlong Group, considéré comme le deuxième sidérurgiste privé de Chine. Le contrat qui s’étalera sur deux ans, porte sur la vente annuelle de 2 millions de tonnes de minerai de fer en morceaux et de fines, provenant du projet gabonais Baniaka.

Ce nouvel accord vient s’ajouter aux deux annoncés le 15 décembre dernier, toujours avec deux entreprises chinoises, Minmetals Corporation et Changzhou Dongfang Special Steel. Cela porte à 16 millions de tonnes (12 millions en morceaux et 4 millions de fines) la quantité de minerai que Genmin devrait potentiellement céder à la Chine à partir du Gabon, dans quelques années. En plus des approbations gouvernementales requises, les trois transactions sont en effet soumises à la conclusion d’un accord juridiquement contraignant, d’ici le 30 juin 2023.

Pour le moment, rappelons que le projet Baniaka est à l’étape de l’étude de préfaisabilité et Genmin table sur une exploitation minière à ciel ouvert de 5 millions de tonnes de minerai de fer par an, avec des expéditions en vrac. La capacité de production annuelle du projet devrait ensuite être portée à 10 millions de tonnes. La société a néanmoins encore des efforts à fournir pour en arriver là, même si les trois accords susmentionnés sont des éléments qui pourraient inciter les bailleurs de fonds potentiels à investir dans la construction de la mine.

Alors que le gouvernement gabonais fonde beaucoup d’espoirs sur la relance du projet de fer Belinga, il faut noter que Baniaka, et dans une moindre mesure Bakoumba et Minvoul/Bitam (les deux autres projets de Genmin dans le pays), représente aussi une opportunité future d’augmentation des recettes minières gabonaises.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.