electricité
#Actualite #Agriculture #Croissance #Diamants #Economie #Energie #EnergieSolaire #EnergiesRenouvelables #Gouvernement #Hydroelectricite #Hydroelectriques #PanneauxSolaires #Photovoltaiques #Solaires #Afrique #Congo
Denys Bédarride
9 février 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 9 Février 2022 à 11:37

La priorité du gouvernement pour les cinq prochaines années est d’augmenter et de promouvoir un accès abordable, fiable et moderne à l’énergie pour tous, et de diversifier l’économie du pays vers des secteurs non pétroliers en exploitant la très grande richesse en ressources naturelles, une occasion pour Anatole Collinet Madosso, Premier Ministre, de présenter les opportunités économiques de la République du Congo dans différents secteurs d’activité à fort potentiel de croissance, afin de susciter l’intérêt d’éventuels investisseurs dans des secteur majeurs.

Pour ce qu’est de développer les énergies renouvelables, la République du Congo est principalement desservie par des barrages hydroélectriques et des centrales à gaz. S’ajoute l’installation de parcs solaires photovoltaïques dans les zones urbaines et rurales pour fournir de l’électricité aux ménages à faible revenu.

Développer le secteur minier et construire une industrie minière lucrative, afin d’en exploiter les avantages pour l’économie, grâce à une pléthore de ressources naturelles non pétrolières (minerais de fer, magnésium, diamant, potasse, phosphate, zinc, or …) et créer de nombreux emplois (18000 pendant la phase de construction et 9 000 pendant l’exploitation), ce qui ferait du secteur minier le premier secteur générateur d’emplois formels au Congo.

Dans le domaine agricole, le potentiel du pays avec 10 millions d’hectares de terres arables et des pluies abondantes est très important.

L’une des priorités du pays, du gouvernement, est d’intensifier le rythme des investissements dans l’agriculture, afin de promouvoir notamment la mécanisation et l’automatisation du secteur.

Cette stratégie agricole repose sur plusieurs piliers : le développement de l’agriculture, le renforcement de la recherche agricole et la diffusion de l’information sur la recherche agricole.

En ce qui concerne les infrastructures, la République du Congo recherche activement des investissements étrangers et des partenaires public-privé pour les maintenir, les restaurer et les améliorer, en particulier dans les ports, l’industrie du tourisme, ainsi que la fabrication et la construction d’usines de transformation.

Des actions existent également dans le secteur du tourisme dans le but d’accroître le trafic terrestre, maritime et aérien. Le Congo peut également se prévaloir de posséder quelques- unes des dernières véritables zones vierges de la planète, la forêt luxuriante du Bassin du Congo et abrite une faune unique (éléphantes, gorilles, …)

Fort de ces nombreuses opportunités, le Gouvernement met l’accent sur la nécessité de faire de la République du Congo une destination « écotouristique » :

Ainsi un plan stratégique a été établi en 2017 et 35 millions de dollars ont été affectés à refonte du secteur du tourisme.

Le premier ministre a rappelé les nombreux atouts qui offrent des facilités aux investisseurs : la paix et la stabilité du pays, la jeunesse d’une main d’œuvre abondante et dynamique ainsi qu’une multitude de domaines d’investissements potentiels.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.