CACAO
#Agriculture #Cacao #Commerce #Economie #Japon #Productivite #Usines #Cameroun
Agence Ecofin
14 mars 2022 Dernière mise à jour le Lundi 14 Mars 2022 à 11:55

Le gouvernement du Cameroun ambitionne d’améliorer la contribution de la manne cacaoyère à l’économie en transformant sur place 50 % de la production locale. Malgré cette volonté affichée, les broyeurs locaux n’ont transformé que 21% de la campagne 2020-2021.

Le 3 mars 2022, l’ambassadeur du Japon au Cameroun, Takaoka Nozomu, a signé avec le maire de la commune d’Ebolowa 2, André Thomas Bengon, une convention de partenariat dans le cadre du projet de construction d’une unité de transformation de fèves de cacao dans cette commune de la région du Sud du pays. 

L’appui du Japon, révèle le quotidien à capitaux publics, Cameroon Tribune, permettra de construire trois bâtiments pour la fermentation, le séchage et le stockage des fèves.

Selon le ministre camerounais du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, qui a parrainé la signature de la convention avec la commune d’Ebolowa 2, cet appui japonais entre dans le cadre du Programme d’aide aux projets locaux, implémenté au Cameroun depuis 1993 par le gouvernement nippon.

La construction de cette unité de transformation de fèves va contribuer à l’augmentation des quantités broyées dans le pays, que le gouvernement ambitionne depuis des années de porter à 50% de la production, indique Investir au Cameroun. 

Par exemple, au cours de la campagne cacaoyère 2020-2021, le Cameroun a affiché une production commercialisée de 292 471 tonnes. Les broyeurs locaux n’ont transformé que 62 341 tonnes de fèves, ce qui correspond à seulement 21,3% de la production commercialisée.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.