Spatial
#Actualite #Afrique #Communication #Numerique #Satellites #Spatial #Technologie #Telecommunication #AfriqueDuSud
Agence Ecofin
27 mai 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 27 Mai 2022 à 07:30

L’Afrique du Sud ambitionne de devenir un fournisseur de services télécoms, notamment pour les autres pays du continent. À cet effet, le pays multiplie les investissements dans le développement d’infrastructures spatiales.

L’Afrique du Sud pourra bientôt lancer son propre satellite de communication. Khumbudzo Ntshavheni, ministre des Communications et des Technologies numériques, a déclaré le 18 mai que le projet avance bon train, sans préciser le calendrier prévu à cet effet.

Le satellite permettrait de mettre en place une centrale africaine d’échange de voix, de données et d’autres moyens de communication. « Pour améliorer notre portée de connectivité à large bande et conformément à la décision du Cabinet de 2016, l’Afrique du Sud est maintenant prête à lancer son propre satellite de communication par l’intermédiaire de Sentech en partenariat avec l’Agence spatiale nationale et d’autres parties prenantes clés », a déclaré Mme Ntshavheni lors d’un vote de discours budgétaire devant une commission parlementaire.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du renforcement du programme de satellite sud-africain pour soutenir la quatrième révolution industrielle. L’élaboration du programme révisé devrait prendre entre huit et dix ans. En 2017, l’ancienne ministre des Communications, Stella Ndabeni-Abrahams, avait déclaré que son département étudiait la technologie satellitaire comme un moyen possible d’apporter la connectivité Internet à tous les Sud-Africains, y compris ceux vivant dans les milieux qui ne sont pas couverts par les réseaux terrestres.

Selon Khumbudzo Ntshavheni, la mise en service de ce satellite de communication devrait consacrer la « souveraineté en matière de technologie et de données » de l’Afrique du Sud. Cela devrait également permettre de réduire les coûts de location de la capacité satellitaire aussi bien pour le gouvernement, que pour les autres secteurs qui dépendent des technologies de communication par satellite pour leurs activités. Le pays envisage également de fournir des services à l’ensemble de la région de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.