chemin de fer
#Actualite #Afrique #CheminDeFer #Trains #Transport #TransportFerroviaire #Gabon
Agence Ecofin
9 juin 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 9 Juin 2022 à 07:30

Active depuis 2005, sur l’unique réseau ferré du Gabon (Franceville-Libreville), la Setrag, outre le transport des passagers, revendique 6,5 millions de tonnes de minerai transportés en 2021.

La Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag) a commandé six nouvelles locomotives, a indiqué le directeur général de cette structure, Christian Magni, dans une interview accordée au journal Les Echos des Eco. Un premier lot de cet équipement devrait être livré dès la fin de cette année 2022.

« Un plan d’acquisition de six locomotives neuves a été lancé : les livraisons sont programmées en deux étapes courant décembre 2022 et mars 2023. Ces locomotives de grande capacité de traction permettront de transporter plus de 50 wagons par rotation, contre une capacité actuelle de 35 wagons », a affirmé Christian Magni. Sans plus de précisions.

Ainsi, ces nouveaux engins s’inscrivent dans le programme de modernisation de la flotte de la Setrag. Ces équipements contribueront à améliorer l’exploitation du trafic, mais également d’offrir un meilleur service aux opérateurs et usagers du transport ferroviaire.

La Setrag a lancé en 2017 un programme de rénovation de la voie ferrée d’une durée de sept ans, rappelle Le Nouveau Gabon. L’opération vise à atténuer les effets de la « dégradation élevée » de la ligne de chemin de fer longue de 648 km entre Libreville-Franceville. Ce chantier qui sera livré en 2024 concerne, entre autres : la remise à niveau du chemin de fer, sa modernisation et l’amélioration du trafic et des services aux passagers ainsi qu’aux opérateurs économiques.

Le chemin de fer gabonais est exploité depuis 2005 par la Setrag, filiale du minier français Eramet.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.