finance
#Actualite #Covid19 #Croissance #CroissanceEconomique #Economie #Fmi #CoteDIvoire
Agence Ecofin
30 juin 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 30 Juin 2022 à 07:30

Cette année, les autorités ivoiriennes ont annoncé qu’elles espéraient une croissance d’au moins 7% comme lors de la reprise économique de 2021. Mais d’après le FMI, les pressions inflationnistes en provenance d’Ukraine devraient ralentir cette performance et la limiter à une croissance de 6%.

Avec une croissance de 7% en 2021, l’économie ivoirienne s’est montrée résiliente à la Covid-19 grâce à stabilité macroéconomique et des politiques efficaces mises en place par les autorités pour répondre à la crise sanitaire. C’est ce qu’a indiqué le Fonds monétaire International (FMI) ce 17 juin 2022, à l’issue de consultations menées par son conseil d’administration.

« L’économie s’est fortement redressée en 2021 avec une croissance estimée à 7 % (contre 2 % en 2020), tandis que l’inflation annuelle s’est hissée à 4,2 % en raison des chocs externes et de l’offre. Le déficit budgétaire global a atteint 5,1 % du PIB (ce qui est inférieur aux prévisions), principalement en raison des améliorations observées dans le recouvrement des recettes douanières et dans l’administration fiscale, qui ont compensé l’augmentation des dépenses de sécurité » précise un communiqué du Fonds.  

Alors que les premiers cas du virus avaient entraîné une mise en place rapide de restrictions, la Côte d’Ivoire semble être sortie de la zone rouge économique, mais également sanitaire. « Le nombre de décès liés à la Covid-19 y reste faible si on le compare aux chiffres du reste du monde. La campagne de vaccination se poursuit et environ 70 % de la population visée a déjà reçu une première dose » souligne le FMI.

Malgré ces performances, l’institution indique que la croissance 2022 devrait être moins forte que celle de l’année dernière. En cause, les tensions inflationnistes dues à la crise russo-ukrainienne qui a fait flamber les prix des produits alimentaires et poussé les autorités ivoiriennes à mettre en place des subventions pour plus de 650 millions $ depuis janvier.

« La détérioration de l’environnement extérieur due à la guerre en Ukraine et les défis liés à la sécurité dans la région devraient peser sur les perspectives macroéconomiques en 2022. Les services du FMI estiment que la croissance devrait ralentir et s’établir à 6 % cette année en raison de l’atonie de la demande mondiale, de la détérioration des termes de l’échange et d’une incertitude accrue, tandis que l’inflation devrait encore augmenter pour atteindre environ 5½ % » souligne le FMI.

Bien qu’une croissance de 6% reste élevée surtout vu le contexte économique actuel, l’annonce du FMI est moins optimiste que celle du gouvernement qui table sur une croissance d’au moins 7% pour cette année et jusqu’en 2025. 

Pour y arriver, les autorités comptent sur les premiers investissements d’un plan national de développement (PND) élaboré pour les cinq prochaines années, et pour un montant 94,74 milliards de dollars, dont 24,65 milliards $ devraient provenir du secteur public et 70,09 milliards $, soit 74% du montant, du secteur privé.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.