ouagadougou
#Actualite #Afrique #Dette #Economie #France #BurkinaFaso
Agence Ecofin
14 juillet 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 14 Juillet 2022 à 07:30

A fin mars 2022, la dette publique burkinabé se chiffrait à 9,7 milliards $ dont près de 47% détenus par les créanciers internationaux et 53% par les créanciers intérieurs. Au total, le pays a consacré 328 millions $ au remboursement de sa dette publique au cours du premier trimestre.

La dette publique du Burkina Faso a augmenté de 17,1% au cours du premier trimestre 2022 comparé au premier trimestre 2021. C’est ce que révèle le bulletin statistique numéro 2 de l’année 2022 publié par le ministère de l’Économie.

Selon le rapport, l’encours de la dette publique burkinabé s’élève à plus de 6 122 milliards de FCFA à fin mars 2022 soit 9,7 milliards $. En comparaison au niveau de la dette à fin décembre, ce chiffre représente une hausse de 2,1%.

Au total, 46,9% de la dette publique de l’État burkinabé est détenue par des investisseurs et bailleurs de fonds étrangers tandis que le reste, soit 53,1% représente la dette intérieure. Par rapport à la fin décembre 2021, cette dernière a d’ailleurs augmenté de 3% au cours de la période étudiée alors que la dette extérieure elle, a grimpé de 1,1%.

Si le FMI est le premier créancier multilatéral du pays, c’est la France qui détient la plus grande part de la dette extérieure bilatérale du Burkina Faso avec 30,8% de part. Paris se classe devant la Chine avec 14,9%, Koweït avec 11,9% et l’Arabie Saoudite avec 9,5%.

Cette hausse de la dette du pays s’inscrit dans un contexte de hausse de l’inflation, dans l’UEMOA et au Burkina Faso. D’après la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), le Burkina Faso enregistre la plus forte inflation de l’UEMOA, la seule à deux chiffres de la zone, avec un taux de 15,3% à la fin Mai. Au cours du premier trimestre 2022, ce taux était de 13,5% en moyenne. Une situation qui, couplée à l’insécurité, rend vulnérables les populations locales.

D’après les autorités burkinabés, 328 millions $ ont été consacrés au remboursement de la dette du pays au premier trimestre 2022. Ce montant a été en majorité consacré aux créanciers intérieurs (79,1%) alors que 20,9% ont été consacrés aux créanciers internationaux.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.