analysis graph
#Actualite #AnalyseEconomique #Covid19 #Decideurs #Dette #Economie #Endettement #Entreprises #Salaire #Ghana
Agence Ecofin
13 janvier 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 13 Janvier 2022 à 09:54

En 2021, le gouvernement ghanéen avait annoncé une hausse de 4% des salaires de base des fonctionnaires d’Etat. Cependant, cette mesure avait été jugée insuffisante, dans un contexte marqué par une hausse des prix à la consommation.

Au Ghana, les travailleurs du secteur public verront leurs salaires augmentés de 7%, dès la fin du mois de janvier 2022. L’annonce a été faite cette semaine par le ministre de l’Emploi et des Relations professionnelles, Ignatius Baffour-Awuah, cité par plusieurs médias locaux.

Cette hausse vient répondre aux plaintes des travailleurs du secteur public face à l’insuffisance de leurs revenus et les difficultés économiques actuelles. Le gouvernement avait promis une augmentation de 4% en 2021, mais ce pourcentage avait été décrié par les fonctionnaires.

« Nous avançons et nous avons convenu qu’à partir de cette année, les 4 % n’existeront plus et que nous donnerons aux travailleurs 7 %. J’espère et je crois que les choses vont commencer à mieux fonctionner pour l’économie de notre pays, afin que nous puissions donner à notre main-d’œuvre une meilleure rémunération dont nous pouvons être fiers », a annoncé le ministre Baffour-Awuah.

Cette hausse intervient dans un contexte socio-économique tendu, marqué par une hausse des prix à la consommation dans plusieurs pays ouest-africains. D’après les autorités ghanéennes, l’inflation a grimpé à 12,2% au mois de novembre 2021, soit son niveau le plus élevé depuis août 2021.

De plus, d’après la Banque mondiale, les conséquences de la covid-19 ont augmenté la pauvreté au Ghana. Elle est passée de 25 % en 2019 à 25,5 % en 2020. Le déficit budgétaire global a quant à lui été multiplié par deux atteignant 15,2 % en 2020. La dette publique a augmenté pour atteindre 81,1 % du PIB en 2020, plaçant le Ghana devant un risque important de surendettement.

L’institution bancaire prévoit toutefois un redressement progressif à moyen terme « grâce à la croissance des prix des matières premières » et aux aides extérieures. Elle annonce en outre, une croissance moyenne de 5,1% entre 2021 et 2023.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *