centrale hydroelectrique
#Actualite #CentraleHydroElectrique #Decideurs #Electricite #Electrique #Energie #Gouvernement #Hydroelectricite #Hydroelectrique #Mali
Agence Ecofin
27 janvier 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 27 Janvier 2022 à 10:57

Lancés en 2018 et prévus pour durer deux ans, les travaux devant augmenter la capacité de production de la centrale hydroélectrique de Sotuba ont pris du retard. L’exécutif malien se donne donc les moyens d’achever ce projet.

Au Mali, le gouvernement a adopté lors du Conseil des ministres du mercredi 19 janvier deux décrets pour relancer les travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba (Sotuba II).

Confiée aux entreprises chinoises China Gezhouba Group Company et Sinohydro Corporation, la mise en œuvre du projet est « perturbée par des contraintes liées, notamment au changement du régime fiscal des marchés de travaux et à l’arrêt des opérations de déroctage sur le site », précise le gouvernement.

Le premier décret porte donc approbation de l’avenant n°1 au marché relatif aux travaux de réalisation de génie civil, alors que le second porte sur le marché relatif à la fourniture et à l’installation des équipements hydro-électromécaniques.

Lancé officiellement en février 2018, le projet doit ajouter deux turbines de 3 MW chacune à la capacité de production de la centrale, afin d’atteindre une production moyenne annuelle de plus de 82 GWh. Les travaux étaient normalement prévus pour s’achever en février 2020.

Rappelons que le Mali ambitionne, à travers son Plan d’action national d’énergies renouvelables (PANER) de porter la part de celles-ci, dans son mix énergétique, à 58,3 % (1416 MW), d’ici 2030, en ce qui concerne le raccordement au réseau.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.