The detailed view of Dar es Salaam Port
#ActivitePortuaire #AnalyseEconomique #BanqueAfricaineDeDeveloppement #Burundi #CheminDeFer #Economie #Investisseurs #Ouganda #RepubliqueDemocratiqueDuCongo #Rwanda #Zambie #Tanzanie
Agence Ecofin
6 avril 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 6 Avril 2022 à 07:30

La Tanzanie nourrit l’ambition de devenir une plaque tournante des échanges en l’Afrique de l’Est. Pour ses gros projets ferroviaires visant à faciliter et augmenter les volumes échangés avec les Etats voisins, le pays attend toujours l’accompagnement des bailleurs.

La Banque africaine de développement a annoncé avoir reçu 3,3 milliards $ d’engagements de la part d’investisseurs pour le projet du corridor ferroviaire devant relier Dar es Salaam (Tanzanie) à Bujumbura (Burundi) et Kinshasa (RD Congo), avec une extension prévue jusqu’à Kigali (Rwanda). Ceci fait partie d’un ensemble de promesses (8,77 milliards $ au total) faites par les bailleurs au profit de l’Afrique de l’Est, à l’occasion du Forum africain de l’investissement 2021.

Ledit corridor fait partie des projets de chemins de fer à écartement standard que voudrait développer le Tanzanie pour raccorder ses ports, notamment celui de Dar es Salaam, aux zones enclavées de son arrière-pays. Les pays visés étant Burundi, la RD Congo, la Zambie, le Rwanda et l’Ouganda. 

Considérée comme la 2ème plus importante plateforme portuaire d’Afrique de l’Est, après celle de Mombasa, le port de Dar Es Salaam est devenu un maillon incontournable de la chaîne d’approvisionnement de certains des pays susmentionnés. Dans de nouvelles perspectives, la Tanzanie a consenti de gros investissements pour accroître les capacités d’accueil de son port principal.

Ce réseau ferré devrait renforcer la diversité des sources d’approvisionnement de ces pays, boostant ainsi l’intégration régionale.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.