sierra leone
#Actualite #Afrique #BanqueMondiale #Economie #Financement #Gouvernement
Agence Ecofin
10 juin 2022 Dernière mise à jour le Vendredi 10 Juin 2022 à 07:30

En Sierra Leone, les femmes sont souvent mises à l’écart concernant les questions foncières. Plusieurs initiatives sont menées par les autorités et leurs partenaires internationaux afin d’améliorer les lois concernant ces questions.

La Banque mondiale a annoncé l’octroi de 41,1 millions de dollars au gouvernement sierra-léonais, afin de renforcer son administration foncière. L’information a été rendue publique via un communiqué de presse publié sur le site Internet de la Banque, le jeudi 2 juin.

Ce financement sera utilisé pour la mise en place d’un système d’administration foncière efficace et accessible, et favorisera l’enregistrement des régimes fonciers coutumiers et libres, comme défini dans la politique foncière nationale de 2015. L’objectif du projet est d’améliorer l’accès et la propriété des terres pour les femmes. Pour atteindre cet objectif, des réformes juridiques du secteur foncier, la sensibilisation à ces réformes et le renforcement des capacités pour les fonctions d’administration foncière sont prévus.

 « Il soutiendra également la mise en place d’une infrastructure informatique appropriée, la réorganisation des processus d’entreprise, le développement d’un système moderne d’information foncière (LIS) pour l’automatisation des processus d’administration foncière, la numérisation des archives papier, contenant les actes et les cartes cadastrales, et la fourniture de cartes de base et d’un réseau géodésique », explique la note d’information.

D’après le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), bien que les femmes représentent plus de 50% de la population sierra-léonaise, l’inégalité entre les sexes et le déni des droits des femmes constituent un problème majeur dans le pays. L’institution estime que dans les domaines tels que l’éducation, l’emploi, la participation politique et la justice sociale, de nombreuses femmes souffrent de marginalisation et de discrimination.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.