libreville
#Actualite #Bois #Economie #Hydrocarbures #Inde #Industrie #Investissements #Mines #Afrique #Gabon
Agence Ecofin
11 juin 2022 Dernière mise à jour le Samedi 11 Juin 2022 à 07:30

Les entreprises indiennes au Gabon sont essentiellement actives dans les industries des mines, du bois et des hydrocarbures.

Le stock des investissements indiens au Gabon dépasse aujourd’hui les 2 milliards de dollars (1222,8 milliards de FCFA à la valeur actuelle du dollar), a indiqué le ministre de la Promotion des Investissements, Hugues Mbadinga Madiya, lors du Business Forum Gabon-Inde, tenu à Libreville le 31 mai 2022. Ce qui d’après le membre du gouvernement, « est énorme ». « L’Inde est en train de devenir l’un de nos partenaires les plus importants », a-t-il affirmé.

En effet, l’Inde se positionne, en plus, aujourd’hui, comme la deuxième destination des exportations du Gabon, derrière la Chine. « Rien que l’année dernière, l’Inde a acheté pour plus de 477 milliards FCFA des produits du Gabon », soutient Hugues Mbadinga Madiya. Ces produits importés par l’Inde du Gabon sont notamment du manganèse, du pétrole et du bois, selon la ministre indienne de la Santé Dr Bharati Pravin Pawar.

L’Inde est présente au Gabon depuis plus de 30 ans. Ses entreprises exercent dans plusieurs secteurs d’activité telles que les mines, les infrastructures, la transformation de bois, les hydrocarbures, la santé, rappelle Le Nouveau Gabon. Seulement dans les zones économiques de Nkok et d’Ikolo, l’on dénombre une cinquantaine d’entreprises indiennes, selon la ministre indienne. 

« La zone économique de Nkok, symbole de la transformation de l’économie gabonaise, doit aussi son dynamisme et son rayonnement au savoir-faire des investisseurs indiens », a précisé le ministre Hugues Mbadinga Madiya.

Aujourd’hui, l’Inde souhaite davantage accroitre ces investissements au Gabon. Et le Gabon pour sa part se dit ouvert à accorder des facilités à ces entreprises dans les secteurs agricole, énergétique, de l’éducation, de la santé, des transports, des infrastructures…

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.