800px Uganda Development
#Actualite #Afrique #Covid19 #CriseSanitaire #Economie #PIB #Ouganda
Agence Ecofin
13 juillet 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 13 Juillet 2022 à 07:30

Depuis la crise de la Covid-19 en 2020, le gouvernement ougandais a adopté des mesures qui ont permis de relancer l'économie nationale, après plusieurs mois de restrictions.

Le produit intérieur brut (PIB) de l’Ouganda a enregistré une hausse de 3,4% au cours de l’exercice budgétaire 2020/21. L’information a été rendue publique le 28 juin, par le gouvernement.

Cette hausse indique une croissance de 0,4 point de pourcentage par rapport à l’exercice précédent (2019/20). D’après les autorités le PIB du pays a atteint plus de 39,3 milliards de dollars à la fin de l’exercice 2020/21 contre 37,1 au cours de l’exercice 2019/20, grâce à « une augmentation de l’activité économique dans le secteur des services (41,5 %), le secteur de l’industrie (27,4 %) et celui de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche (23,7 %) ». 

A titre comparatif, le FMI indique qu’en 2020 l’économie du pays est-africain est entrée en récession en 2020 avec une croissance estimée à 1,4%.

La note d’information des autorités ougandaises précise en outre, que l’assouplissement partiel des mesures de restrictions dues à la covid-19 et les initiatives gouvernementales visant à soutenir la reprise ont aussi favorisé cette relance économique. 

En effet, l’Ouganda, dont l’économie a été sévèrement touchée par la pandémie, a dû mettre en œuvre une série de mesures afin de relancer son économie. L’une d’elles a consisté en un accord pour un programme économique supervisé par le Fonds monétaire international (FMI) et permettant au pays, à terme, de bénéficier d’un financement de 1 milliard de dollars.

Notons que selon les prévisions de la Banque africaine de développement (BAD), la reprise économique ougandaise devrait se poursuivre, avec un PIB projeté à 4,6% et 6,2% en 2022 et 2023, tirée par les services, suite à la réouverture des écoles en 2022 et à la reprise du secteur hôtelier. La Banque prévoit aussi une accélération de la croissance du secteur manufacturier, à mesure que les chaînes de valeur mondiales se stabilisent et que la demande des consommateurs augmente. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.