Ethiopie laureats
#Afrique #EntrepreneuriatAuFeminin #Femmes #Innovation #Senegal #Startup #Ethiopie
Agence Ecofin
12 septembre 2022 Dernière mise à jour le Lundi 12 Septembre 2022 à 09:56

Le programme TAW (Tech African Women), initié par l’UNECA (United Nations Economic Commission for Africa), en partenariat avec Betacube, a clôturé, ce 26 août 2022 à D-Hub, son bootcamp sénégalais de 3 jours organisé en partenariat avec la DER/FJ et SenStartup. Les deux lauréates startups sénégalaises se sont vu décerner le prix de participation au programme et 2000 $ pour la première lauréate Noppal Tech.

Axée sur l’innovation à impact social et les femmes entrepreneures, la sélection a été basée sur le potentiel marché de chaque startup et après un pitch de leurs projets en phase d’idéation réalisé devant un membre de jury femmes spécialistes.

Lors de cette journée de clôture du bootcamp sénégalais du programme TAW (Tech Women In Tech), une cérémonie de remise de prix a été organisée au profit des femmes entrepreneures candidates au profit du développement durable. Les deux lauréates qui ont été honorées sont “Noppal Tech” (1er prix), une startup qui fabrique des purificateurs d’air et “Hydro Tech Services” (2nd prix), une startup spécialisée dans la construction et la réhabilitation des structures hydrauliques.

Les deux startups lauréates sénégalaises ont franchi une nouvelle étape en rejoignant le programme d’incubation de 2 mois en ligne. A la clé pour les 8 startups lauréates sélectionnées de chaque pays, unecérémonie finale les attend en Ethiopie qui aura lieu à Addis-Abeba au Centre de Conférence UNECA. Chaque startup sera invitée à pitcher son idée pour remporter le prix final du programme : prix de 7000$ pour la meilleure startup.

En soutien à l’innovation numérique en Afrique et à l’esprit entrepreneurial des femmes, le programme TAW (Tech African Women) vient à la poursuite des objectifs du programme Connected African Girls Coding Camp initié par l’UNECA pour fournir l’éducation et les compétences technologiques nécessaires aux jeunes femmes et filles pour promouvoir l’intégration de l’Afrique, générer une croissance économique inclusive, stimuler la création d’emplois, briser la fracture numérique et éradiquer la pauvreté pour le développement socio-économique du continent et assurer l’appropriation par l’Afrique des outils modernes de gestion numérique.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.