#Actualite #Alimentaire #Alimentation #BanqueAfricaineDeDeveloppement #Cereale #CoteDIvoire #Ghana #Riz #Rizicole #Senegal #Tourisme #Gambie
Agence Ecofin
31 janvier 2022 Dernière mise à jour le Lundi 31 Janvier 2022 à 09:27

Le 19 janvier dernier, Adama Barrow prêtait serment pour un second mandat à la tête de la Gambie. Dans son discours d’investiture, celui-ci promettait une augmentation de la production rizicole pour atteindre l’autosuffisance rizicole d’ici la fin de son quinquennat en 2027. Un objectif qui s’annonce aussi ambitieux que compliqué à atteindre au regard du statut d’importateur net du pays.

En Gambie, le riz est la principale céréale consommée et joue un rôle stratégique dans la sécurité alimentaire de la population. Elle fournit par exemple 75 % de l’apport calorique dans les zones rurales selon la Banque africaine de développement (BAD).

Le pays affiche l’une des consommations par tête les plus élevées du monde. En effet, chaque habitant consomme environ 117 kg de la céréale par an, soit plus du double de la moyenne globale tournant autour de 57 kg.

Dans la région ouest-africaine, ce niveau bat aussi des records. Il dépasse celui du Ghana (48 kg), du Sénégal (110 kg) ou encore de la Côte d’Ivoire qui affiche un volume compris entre 80 et 100 kg selon le Département américain de l’agriculture (USDA).

Avec la hausse des besoins de la population urbaine principalement concentrée à Banjul, la consommation de la céréale a explosé ces dernières années passant de 100 000 tonnes en 2010 à près de 210 000 tonnes actuellement.

Un enjeu de taille

En Gambie, l’augmentation de la demande de riz durant la dernière décennie a été d’abord satisfaite par les importations. Selon les données de la BAD, le plus petit pays d’Afrique continentale importe chaque année plus de 170 000 tonnes de riz principalement sous forme brisée, soit près de 80 % de la consommation.

Sur 80 millions $ de recettes engrangées grâce au tourisme en 2017, la BAD estime par exemple qu’un montant de 74 millions $ a été déboursé dans les importations. Cette dépendance vis-à-vis des achats extérieurs pour l’approvisionnement domestique s’explique notamment par une production très faible tournant autour de 36 000 tonnes par an.

Dans un tel contexte, le projet d’autosuffisance du gouvernement impliquera au moins de quintupler le niveau de la récolte d’ici 5 ans afin de rattraper dans un premier temps le niveau des besoins actuels. D’un autre côté, il faudra encore produire plus pour répondre à la demande supplémentaire qui sera créée d’ici 2027…

Des investissements massifs et une protection du marché local seront déterminants 

L’ambition d’autosuffisance rizicole affichée par le président Adama Barrow devra s’accompagner d’investissements massifs.

Dans le pays où la culture du riz s’effectue sur environ 30 000 hectares, les interventions devront non seulement cibler l’amélioration de l’accès des producteurs au crédit, aux équipements et aux intrants (engrais et semences) pour relever les rendements, mais aussi le développement de l’irrigation.

Sur ce dernier point, un soutien massif sera nécessaire quand on sait que seulement 1 % des superficies arables du pays (3 300 hectares) est irrigué d’après la BAD.     

D’un autre côté, il faudra également se focaliser sur d’autres aspects de la chaîne de valeur comme l’emballage, le stockage ou encore la transformation pour améliorer la disponibilité du riz local et réduire les pertes qui touchent actuellement 30 % de la récolte de riz paddy.

Au-delà de l’offre, l’autre défi pour le gouvernement sera d’améliorer la protection du marché intérieur vis-à-vis des importations à bas prix de riz poli ou brisé sous la forme de barrières tarifaires ou de limitations des volumes entrant sur le territoire.

En l’état actuel des choses, la CEDEAO dont fait partie le pays impose un droit de douane de 10 % sur la céréale importée, ce qui est insuffisant pour protéger les filières locales selon de nombreux observateurs (dans la Communauté est-africaine ce tarif est de 75 %). Il n’est d’ailleurs pas respecté par le Nigeria qui a imposé ces dernières années des droits allant jusqu’à 60 % pour soutenir la production intérieure. 

En bref, en Gambie, il faudra une véritable politique volontariste et des moyens financiers importants pour relever le défi de l’autosuffisance. Le gouvernement pourrait notamment tirer parti de l’expérience du Sénégal qui a aussi affiché une telle ambition en 2014. Le pays a depuis triplé sa récolte de riz en la faisant passer d’environ 436 000 tonnes en 2013 à 1,4 million de tonnes en 2020.  

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.